A trois doigts de la liberté

À trois doigts de la liberté, un livre qui nous plonge en totale immersion au cœur de la résistance Birmane. Le peuple de toutes croyances confondues, refuse l’injustice et les dictatures du pays.
L’auteur nous décrit avec force la solidarité du peuple Birman, avec les femmes et les enfants en première ligne, menant une résistance héroïque en unissant leurs forces face à la barbarie.
Merci à l’auteur Pierre Martial pour m’avoir fait découvrir cet émouvant livre -hommage.
**Résumé
*** Aujourd’hui en Birmanie, tout un peuple – femmes et adolescents en première ligne – tient depuis des mois en échec l’une des plus sanglantes dictatures d’Asie du Sud-Est.

Pierre Martial, en contact avec la Résistance birmane depuis le début du soulèvement, nous entraîne à travers son livre « A trois doigts de la liberté » dans une émouvante plongée au coeur de cette incroyable et bouleversante insurrection en partie non violente.

Le 1 février 2021 à l’aube, l’armée birmane renverse le pouvoir démocrate, nouvellement élu à plus de 82 % des sièges. Des milliers de personnes, dont Aung San Suu Kyi et le Président de la République, sont raflées et déportées dans des endroits tenus secrets.

La junte militaire pense avoir mis le pays à genoux. C’est compter sans les millions de Birmanes et Birmans qui se soulèvent, la plupart à mains nues, avec une détermination extrême.

Débute alors jour et nuit, une incroyable résistance, inventive et multiforme: désobéissance civile généralisée, manifestations non violentes, boycotts multiples, grèves du silence, actions armées, etc.

C’est ce poignant et exemplaire soulèvement, toujours en cours et dont le signe de ralliement est la main levée, trois doigts dressés, que nous raconte ce livre.

Caisse de résonance de la révolte birmane, « A trois doigts de la liberté » peut aussi être envisagé comme un véritable petit manuel de résistance à l’usage de toutes celles et ceux qui refusent l’injustice, l’oppression et la dictature, quelles qu’elles soient.

1 commentaire

  1. Franchement, faire du fric sur le sang en vendant un livre qui n’est que copie et plagiat des articles de journaux sans autorisations (exemple : coconuts Yangon, irrawady news…) Et parler de quelque chose que l’on ne connait pas quand on est assis à 25000km de la me degoute

    J’aime

Répondre à Ye Win (Putao - Burma) Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s